Lifestyle in Normandy
Chers visiteurs,

Notre boutique "L'Embellie" est fermée depuis début janvier 2014.

Une nouvelle vie s'offre aujourd'hui à moi, dans un nouveau pays, avec de nouveaux projets..
Voilà pourquoi, ce blog qui dormait, renaît et change de nom!
Via "Bricoles & Girandoles", je vais vous faire partager mon art de vivre ici en Normandie : art de la table, recettes, trucs maison, bricolages mais aussi mes découvertes, mes passions... et, comme la chine, la restauration de meubles, la customisation, la création, font partie intégrante de mon être, quelques objets seront mis aussi en vente.

Cordialement.
Joëlle.

29/02/2012

Rosutiphiliste ?

Ce  n'est point une maladie,
comme le croyait mon mari.
Car si c'en était une,
il est gravement atteint et ce depuis quelques années...!

Gustave Caillebotte
Les jardiniers - 1877
Collection particulière.

Un rosutiphiliste est un collectionneur de
"Chantepleures".

Bon, d'accord, cela ne vous aide pas plus!

Un "chantepleure"
est le joli mot de l'ancêtre de

l'arrosoir.

Ce un nom très poétique exprime bien son rôle :
il pleure en versant l’eau mais en arrosant,
 il fait chanter la terre où les fleurs poussent.
Dans le temps, c’était une sorte de cruche en terre
percée de trous.


L’arrosoir tel que nous le connaissons est apparu au XVIIIe.
Il était en cuivre, peu maniable et lourd.
Le fer étamé est arrivé plus tard, à la fin du XIXe siècle.
Plus léger et moins coûteux,
il résiste bien aux intempéries et à la corrosion.
Il en existe aussi en émail et en laiton
avec une pomme amovible ou non
pour verser l’eau en pluie fine.


L’arrosoir épouse différentes formes selon les régions :
dans le Sud de la france, il ressemble à grosse théière.


Il se décline aussi de différentes tailles selon les métiers
et l’usage que l’on en fait :
les petits avec un grand bec servent pour les serres,
les plus gros sont utiles sur les chantiers de travaux publics.
Il y a ceux conçus pour les maraîchers
et ceux pour traiter les rosiers.
On peut reconnaître les arrosoirs français des anglais:
les français ont, dès le début, adopté les 2 anses,
 moins pratique mais permettant de plus gros litrages :
10 litres et plus, contrairement aux anglais qui ont adopté l’arrosoir à une seule anse, manipulable à une main.


L’arrosoir des plantes d’appartement et des jardinières suspendues n’a pas plus de 150 ans car avant,
les gens n’avaient pas de fleurs en pot chez eux.
 On le reconnaît par sa petite taille et son long bec fin courbé. Depuis les années 60, il a cédé aux sirènes du plastique...


 Mais ces objets en zinc ont un charme fou
( les réeditions n'arrivent pas à la hauteur des anciens),
et peuvent former de sympathiques et jolies bordures.





Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...