Lifestyle in Normandy
Chers visiteurs,

Notre boutique "L'Embellie" est fermée depuis début janvier 2014.

Une nouvelle vie s'offre aujourd'hui à moi, dans un nouveau pays, avec de nouveaux projets..
Voilà pourquoi, ce blog qui dormait, renaît et change de nom!
Via "Bricoles & Girandoles", je vais vous faire partager mon art de vivre ici en Normandie : art de la table, recettes, trucs maison, bricolages mais aussi mes découvertes, mes passions... et, comme la chine, la restauration de meubles, la customisation, la création, font partie intégrante de mon être, quelques objets seront mis aussi en vente.

Cordialement.
Joëlle.

01/02/2012

A la façon Pierre Loti...

Éclectisme du XIXème,
accumulation,
cabinet de curiosités, 
souvenirs de voyages :
"Il n'y a d'urgent que le décor".
Pierre Loti
1878

1ere vitrine de 2012 avec nos nouveautés...

Sur une table marocaine
peinte à la main (vendue),
une cage tunisienne, bois et fer forgé (vendue),
petit fauteuil en osier du siècle dernier (vendu).

Mappemonde années 50 (vendue).

Petit frère de l'autre fauteuil
en osier (vendu),
petite soeur de l'autre table
marocaine. (vendue)

Sous l'ancienne table (vendue)
d'une machine à coudre
aujourd'hui disparue,
de la marque "Palma",
une balance de pharmacie
à poisons
 avec son jeu de poids
et milligrammes complet (vendue).

Sympathique publicité carton
pour les cigarettes Alba
cachet d'oblitération de 1934.

Sur la balance (vendue),
taxidermie d'un
"Ardeola ralloides" (vendue).

Potiche turquoise (vendue)
sur un fauteuil en osier début siècle dernier
(vendu)

Vase " Wood & Sons"  (vendu)
de style mackintosh.
(La manufacture "Wood & Sons"
a produit de 1865 à 2005).

"Les lieux où nous avons ni aimé, ni souffert,
ne laissent pas de traces dans notre souvenir".
Pierre Loti


Pierre Loti : un phénomène...

Écrivain, marin, voyageur, dessinateur, photographe,
acrobate, académicien, faux turc,
passionné, passionnant

Pierre Loti


Sa vie :
  Il est né à Rochefort le 14 janvier 1850,
son véritable nom est Louis Marie Julien Viaud.


En 1867, il entre à l'École navale de Brest.
En 1870, année du décès de son père, il prend la mer
comme aspirant de première classe et participe sur une corvette de la marine à la guerre contre l'Allemagne.
En 1872, il découvre Tahiti lors d'une escale
et écrit le "Mariage de Loti".
Il avait reçu de la reine Pomaré le surnom de "Loti"
(nom d'une fleur tropicale) dont  il adoptera comme
pseudonyme à partir de 1876.


En 1877, il fît une halte en Turquie,
 il y rencontre Aziyadé,
jeune, belle et taciturne odalisque Circassienne
aux yeux verts, appartenait au harem d'un dignitaire turc,
avec laquelle il vivra une immense passion.
Avant le départ de Pierre Loti, Aziyadé confectionna une bague en utilisant ses propres bijoux et l'offrit à son amant.
Plus tard, lorsque Pierre Loti put revenir à Constantinople,
il se lança à la recherche de sa bien-aimée
mais il découvrit qu'elle était morte de chagrin.
Pour elle, en 1879, il écrit "Aziyadé" qui est une des plus belles histoires d'amour jamais écrite et en 1892 il écrit
"Fantôme d'Orient" : ultime hommage
au fantôme qui n'a jamais cessé de hanter son cœur.

Certains critiques (comme Roland Barthes) évoquant l'homosexualité de Pierre Loti,
expliquent que le personnage d'Aziyadé serait en réalité un jeune homme.
Comme pour Marcel Proust décrivant
les jeunes filles en fleur, qui étaient en réalité
des jeunes gens cachés sous des pseudonymes féminins.

En 1880, il revient à Stamboul.
En 1881, il est promu lieutenant de vaisseau et publie
 "Le Roman d’un Spahi".
En mai 1883, il embarque pour participer à la campagne du Tonkin et publie le récit, heure par heure,
 de la prise de Hué dans
"Trois Journées de guerre en Annam",
texte qui paraît dans les colonnes du Figaro.

 En 1886, il publie son deuxième grand succès
"Pêcheur d'Islande" et le 21 octobre il épouse
Blanche Franc de Ferrière qui donnera naissance
en 1889 à son fils Samuel.

Il est élu à l'Académie française au fauteuil 13, le 21 mai 1891.
Il reste le seul académicien qui fut capable d'exécuter
un salto arrière sur le dos d'un cheval,
car il fut également clown au Cirque étrusque en 1878
et acrobate au Cirque Frediani en 1895.
Très fier de son corps, il envoya à tous les académiciens
une photographie de lui où seul son sexe est dissimulé.


En 1893, il fait la rencontre de Crucita Gainza,
d'origine basque. Pour elle, à partir de 1894,
il loue à Hendaye, une maison qu’il dénommera
« Bachar-Etchea » dite "la maison du solitaire".
En 1895, Crucita Gainza donne naissance à son fils Raymond.

 Entre 1900 et 1902, il est mis en retraite puis réintégré
dans la marine pour laquelle il séjourne en Asie,
ce qui va lui permettre d'écrire
"Les Derniers Jours de Pékin" (1902) et
"L’Inde sans les Anglais" (1903).

Pierre Loti chez lui...

À partir de cette même année, il séjourne
vingt mois à nouveau à Stamboul, la Constantinople
chargée d'Orient, "la ville unique au monde",
pour préparer "Vers Ispahan" (1904).
 En 1913, de retour à Stamboul, il lutte contre le démantèlement de l’Empire Ottoman voulu par les puissances occidentales et publie "La Turquie agonisante".


Il meurt, le 10 juin 1923 à Hendaye et
après des funérailles nationales
est enterré dans la maison de ses aïeux.



Sa maison :


 Sa maison de Rochefort reste en dehors de ses livres
le témoin sensible de sa vie.

Son bureau.

Pierre Loti, a passé une grande partie de sa vie
à transformer sa maison natale rochefortaise
en un lieu théâtral,
où il se mettait en scène lors de fêtes mémorables.

Les décors de la maisons sont inspirés du passé :
exubérance des salle gothique et salle Renaissance,


simplicité quasi monacale de sa chambre,
















mais aussi richesses des pays lointains,
d’Orient et d’Extrême Orient,
qu’il connut lors de ses lointaines missions...


Partir et revenir:
la quête de Pierre Loti, mystique ou décadente,
reste peut-être celle d’une paix intérieure jamais atteinte.
Sa maison est à son image, extravagante, mélancolique
mais toujours d’une beauté fracassante!

En savoir plus encore :

« Chez Pierre Loti,
une maison d’écrivain-voyageur »
 publié aux éditions du Sceren-CRDP.

Catalogue de l'exposition
au musée de la Vie Romantique
Paris musées éditions

Biographie
d'Alain Quella -Villéger
Aubéron Editions


d'Alain Quella -Villéger
Editions Casterman.




Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...