Lifestyle in Normandy
Chers visiteurs,

Notre boutique "L'Embellie" est fermée depuis début janvier 2014.

Une nouvelle vie s'offre aujourd'hui à moi, dans un nouveau pays, avec de nouveaux projets..
Voilà pourquoi, ce blog qui dormait, renaît et change de nom!
Via "Bricoles & Girandoles", je vais vous faire partager mon art de vivre ici en Normandie : art de la table, recettes, trucs maison, bricolages mais aussi mes découvertes, mes passions... et, comme la chine, la restauration de meubles, la customisation, la création, font partie intégrante de mon être, quelques objets seront mis aussi en vente.

Cordialement.
Joëlle.

27/10/2011

Bleu de Chine

Intemporels,
ces "blanc & bleu" de Chine se glissent
dans tous les styles d'intérieur :




Sur une table de machine à coudre (vendue) :
(de gauche à droite : )
grand vase à col; neuf;
motifs fleurs & oiseaux (vendu),  ,
petit vase à motifs chinois : neuf (vendu),
ensemble de 6 assiettes Dordrecht de Boch,
paire de vases motifs chinoiseries :neufs (vendus),
petit pot à gingembre : neuf (vendu).

Petit miroir de style Napoléon III (vendu).


Les "blanc & bleu" de Chine :




Les "blanc & bleu" de Chine :

La céramique chinoise est principalement connue
pour la porcelaine*, qu'elle a inventée;
mais elle est riche aussi d'une longue tradition
d'innovations techniques et stylistiques.

Les "blanc-bleu" Yuan :

"Blanc-bleu" - Yuan.

La confection des vases « bleu et blanc »,
apparut sous la dynastie mongole des Yuan
(1271 à 1368),
héritière de Gengis Khan.
Ces « bleu et blanc », provenant pour la plupart
de la région de Jingdezhen,
où sous cette dynastie Yuan, les fours améliorèrent
la qualité technique de leur production.
 Tout en s'éloignant du style classique des Song,
ils s'intéressèrent à l'art arabe pour concevoir des pièces
« bleu et blanc » au décor exubérant qui contrastèrent,
dans la fantaisie des décors,
avec le style épuré des "céladons" de la dynastie précédente, qui étaient d'une pureté et d'une sobriété magnifiques.

Rare bol en grès porcelaineux
à couverte céladon bleuté. 
 Song XIIe-XIIIe siècle
Sous l'influence de la peinture,
des décors apparaissent sur ces vases,
qui s'inspirent de la nature, avec des fleurs
en tous genres et des animaux réels ou mythiques,
tels que dragons et phénix.
Bien souvent, ces vases « bleu et blanc » prendront
des formes octogonales, soit au niveau du corps
du vase lui-même, soit au niveau de son couvercle
ou de sa base, spécificité que l'on ne retrouve pas dans
la production des dynasties précédentes ou postérieures.




Les "blanc-bleu" Ming :


On considère généralement que la dynastie des Ming
(1368 à 1644)
a été l'âge d'or de la porcelaine « bleu et blanc ».

Jusqu'à la dynastie des Ming, 
la couleur bleue des céramiques provenait du cobalt exclusivement importé du Moyen-Orient.
Mais, au début de la dynastie des Ming,
on découvrit du cobalt en Chine;
il était un peu différent du cobalt persan,
car le cobalt chinois contient un peu de manganèse,
et donne en conséquence un bleu un peu moins pur.
Aussi les potiers chinois mélangeaient-ils
le cobalt chinois avec du cobalt importé.

La proportion exacte de cobalt d'origine chinoise
a permis de dater de façon assez précise
les pièces d'époque Ming,
les plus belles pièces datent du règne des empereurs
Yongle (1403 - 1424), Xuande (1426 - 1435),
Chenghua (1465 - 1487), et Zhengde (1506 - 1521). L'empereur Xuande, en particulier, s'intéressa personnellement à la céramique, et, à Jingdezhen,
une soixantaine de fours étaient en action pour la Cour.


Vers la fin de la dynastie, la production de porcelaine
« bleu et blanc » s'intensifie, suite à l'essor de l'exportation: on retrouve des porcelaines Ming « bleu et blanc » en Iran,
à Istambul, en Indonésie, au Japon, et en Europe.


Les "blanc-bleu" Qing :



À l'époque de l'empereur Kangxi
(1661 - 1722),
au début de la dynastie des Qing,
le bleu de cobalt fut de mieux en mieux raffiné
pour en éliminer les impuretés constituées de manganèse;
il atteignit dès lors le summum de sa qualité,
qu'on a qualifié de « bleu saphir »,
d'une parfaite limpidité.
Le recours à diverses nuances de bleu renforça
encore la délicatesse de ces pièces.











Les formes furent multiples :
potiches, bols,
ensemble de cinq pièces
(en général trois potiches et deux cornets),
plats richement décorés, assiettes, théières et tasses,
« vases gobelets », longs et élancés...


Les vases de cette époque portaient des décors variés :
motifs floraux, ainsi que des scènes tirées
de romans célèbres, paysages fameux,
oiseaux sur des branches fleuries,
décors à fleurs d'aubépine...

En Europe, face au succès de ces pièces,
et avec l'arrivée de la recette de la porcelaine,
les manufactures copièrent les motifs chinois
pour s'en détacher ensuite et créer
des "blanc & bleu" propres
au style de la région,
exemple les Delft.

Potiche en Delft


Aujourd'hui encore, ces pièces chinoises,
sont d'un raffinement de toute beauté,
et s'inscrivent toujours dans nos décors.


Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...