Lifestyle in Normandy
Chers visiteurs,

Notre boutique "L'Embellie" est fermée depuis début janvier 2014.

Une nouvelle vie s'offre aujourd'hui à moi, dans un nouveau pays, avec de nouveaux projets..
Voilà pourquoi, ce blog qui dormait, renaît et change de nom!
Via "Bricoles & Girandoles", je vais vous faire partager mon art de vivre ici en Normandie : art de la table, recettes, trucs maison, bricolages mais aussi mes découvertes, mes passions... et, comme la chine, la restauration de meubles, la customisation, la création, font partie intégrante de mon être, quelques objets seront mis aussi en vente.

Cordialement.
Joëlle.

08/07/2011

Chine pendant 2 mois...

Plus qu'un jour de travail, un jour de préparatifs
et dimanche départ...



Vous nous direz :
" Waouw, quel beau voyage vous allez faire!"
Et vous aurez raison!

 Car ce voyage sera excitant, dépaysant :
inconnu juqu'au terme de sa découverte 
nous plongeant dans un monde d'anciennes coutumes...

 Mais...
nous irons beaucoup moins loin:
restant en Europe,
à la recherche de nouveaux objets, meubles...
 pour l'Embellie, pour vous!

Chinoiserie sur une assiette XIXème,
devant : ensemble de toilette
en verrerie de Scailmont (vendu).

Car chiner reste un vrai voyage!

Bonnes vacances!

Ps : Ce blog continuera même durant notre absence à la boutique ...!

 Chine du verbe chiner : sa définition au XIXè: marrant...


Chine du verbe chiner :
l'évolution de sa définition

Le mot "chine", comme le verbe "chiner"
 sont d'origine obscure.

D'après le Grand Dictionnaire Larousse Universel
du XIXème, chiner viendrait du radical chien, car :
"Chiner, c'est proprement remplir le rôle du chien de chasse dans la découverte des curiosités de toutes natures".


Gravure de 1880.

Pierre Larousse contribue d'autre part à la mauvaise réputation de ces marchands en donnant cette autre définition du chineur-brocanteur:
" Voleur qui trompe les passants en leur vendant hors
de prix certaines marchandises, où à bas prix de fausses
reconnaissances du mont-de-piété".



Le plus drôle, c'est que cette définition argotique
est réhabilitée par le même Pierre Larousse
dans sa partie encyclopédique :
" Le chineur est un vrai commis voyageur en curiosités...
Le tact, la finesse, le flair, le mépris de la fatigue,
l'art de dissimuler sa pensée et de voiler son regard
sous un signe de dédain quand il aperçoit
un objet rare ou tentant,
ne sont qu'une partie des qualités essentielles du chineur.
Le chineur, c'est surtout le fureteur qui découvre des trésors cachés, dispersés, dénaturés et les amène à la lumière..."

Pour la "Grande Encyclopédie" comme pour le Robert
qui fera naître le mot en 1847,
 chiner n'est qu'une altération du verbe s'échiner,
 c'est à dire courber l'échine...
Le Robert indiquera vers 1889, que le verbe chiner
a pris aussi le sens de duper le client...

Pour le Littré, chiner signifie
"aller de porte en porte pour proposer des marchandises", comme les gitans de l'époque,
qui offrait à domicile des trousseaux ou des objets manufacturés et parfois des objets importés de Chine...

Retour case départ de cet article :
La "chine" : un fabuleux royaume!




1 commentaire:

Anonyme a dit…

Très bonne vacances à vous

Profitez en bien et gros bisousssssssssssssssssssssssssssssssss

Nath Arnaud et Quentin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...